Actualité des thérapies comportementales et leur importance dans la société

Les thérapies comportementales font partie des nouvelles méthodes de psychothérapie qui ne cesse de se développer. Ceci s’appuie sur la restructuration qui est associée à d’autres apprentissages comportementaux en suivant une progression propre à la dynamique de changement d’une personne. Veuillez voir ci-dessous, quelques mots à propos de la thérapie comportementale, son origine et son principe, le déroulement des thérapies comportementales, les indications et contre-indications de ce phénomène et son importance dans la société.

Quelques mots à propos de la thérapie comportementale

La thérapie comportementale est un système qui consiste à effectuer des changements avec efficacité des comportements gênants d’une personne par un autre comportement. Cela est possible avec les séances interactives dans lesquelles les thérapeutes repèrent les comportements et les croyances de ses patients et ses niveaux conscient et inconscient. Cette thérapie peut regrouper un ensemble d’examens qui traite les troubles psychiatriques comme les troubles anxieux, les dépressions, les psychoses, les addictions, etc. Elle adopte des protocoles qui sont relativement standardisés en évaluant les patients pendant la thérapie selon leurs évolutions. Pour consulter plus d’informations sur frédéric arminot, cliquez ici

Les thérapies comportementales ont pour spécificité de s’attaquer aux problèmes des consultants par des mouvements pratiques qui sont centrés sur les symptômes apercevables à travers leurs comportements. Les thérapeutes visent à effectuer des interventions sur les processus mentaux de leurs patients qui sont à l’origine de leurs désordres mentaux et leurs émotions.

L’origine et les principes des thérapies comportementales

Les thérapies comportementales et les thérapies cognitives se sont rapprochées et sont effectuées dans les années 70 et 80 pour optimiser l’efficacité des séances thérapeutiques. Ils s’appuient sur l’étude des stimuli qui conditionne le comportement d’une personne et la constatation de ceci. Les thérapeutes agissent sur ces stimuli et modifient les agissements de ses patients, lorsque son comportement est problématique. Cette pratique s’est enrichie de la thérapie cognitive qui considère aussi les pensées et les émotions des consultants, mais pas seulement les sujets problématiques des agissements.

Ce phénomène thérapeutique est recommandé par la HAS (Haute Autorité de santé comme étant l’option thérapeutique pour les personnes qui atteignent des troubles anxieux. Les principes des thérapies comportementales sont basés sur les théories de l’apprentissage et les démarches scientifiques expérimentales. Les thérapeutes font en sorte que ses patients remplacent les comportements inadaptés qui se sont produits par leurs environnements quotidiens par des agissements les mieux adaptés à leurs vies. Ils les guident à un but favorisant par une stratégie adaptée qui prend en compte les situations professionnelles, les interactions familiales, les habitudes…, qui sont l’ensemble des phénomènes de leurs environnements.

Le déroulement de la thérapie comportemental

Les thérapies comportementales sont des séances actives, dont le comportementaliste effectue des échanges avec un patient et retire des renseignements sur celui-ci en lui proposant des astuces et des techniques. Il figure parmi ces techniques, la restructuration cognitive, le modeling, le façonnement, la relaxation, l’exposition en image, etc. Avant le traitement, il fait une évaluation et une analyse fonctionnelle qui comporte la dimension quantitative consistant à percevoir l’évolution de son patient selon ses difficultés pendant le traitement. Par exemple, quand une personne qui atteint le trouble obsessionnel de lavage est évaluée par le thérapeute, selon le temps qu’il passe sous la douche. Il effectue l’évaluation de celui-ci par de nombreuses échelles cliniques qui sont à sa disposition. Il adopte aussi la dimension qualitative qui détermine les circonstances de l’apparition des problèmes et les facteurs qui les ont déclenchées.

Le coach comportemental présente à son patient un contrat thérapeutique qui explique comment les deux vont s’y prendre pour guider le changement de celui-ci et cela avec des buts progressifs. Le thérapeute applique le programme selon le rythme de son patient et l’évaluation des résultats se fait par le consultant et celui-ci. Ils font en sorte de voir le succès de la thérapie en comparant l’évaluation en fin de thérapie et la ligne de base. Le thérapeute peut proposer à la personne consultée de considérer une nouvelle séance de thérapie s’il envisage d’atteindre de nouveaux objectifs.

 

Indications et contre-indication des thérapies comportementales et le choix du coach comportemental

Les thérapies comportementales sont principalement indiquées aux personnes atteignant des crises de phobies sociales ou simples, d’anxiété généralisée, des troubles sexuels et relationnels, des problèmes psychologiques de l’adolescent et de l’enfant, des troubles de la personnalité, des dépressions, des stress,  des sevrages des psychotropes, des stress post-traumatiques, des obsessions, de boulimie, d’attaques de panique, etc. Cependant, il n’y a pas de contre-indication pour thérapie comportementale à part les dépressions mélancoliques, les paranoïas et dans le cas où il est impossible de définir l’origine du traitement.

Il est important de bien choisir une thérapeute avec qui vous voulez pratiquer la thérapie comportementale. En général, les psychologues et les psychiatres sont les spécialistes qui sont formés pour pratiquer ce travail. Vous devez rester prudent sur le choix de votre thérapeute, car aujourd’hui, certaines personnes qui n’avaient pas suivi des formations sérieuses peuvent vous proposer des séances de thérapie comportementale. Vous devez rencontrer au moins deux spécialistes avant de choisir un thérapeute. Choisissez celui avec qui vous vous sentez bien et celui qui vous aimez faire confiance.

Vous ne devez pas choisir celui qui vous promet de résoudre vos problèmes très rapidement et celui qui vous exige de coupé les liens avec vos familles, vos amies, avec quelqu’un d’autre de votre entourage et vous conseillez de rejoindre un groupe clos. Pour être bien informé, vous devez demander à votre thérapeute comment est sa manière de se procéder et quels sont les détails de sa formation. Avec ses informations, vous pourrez conclure que le spécialiste est dans la bonne place pour résoudre vos problèmes.

L’importance de la thérapie comportementale dans la société

Les thérapies comportementales sont importantes dans la société. Cela parce qu’il permet de changer les comportements d’une personne pour qu’il ait un comportement naturel et réel contrairement à ses comportements d’avant. Les spécialistes peuvent changer la relation de leurs patients face à leurs problèmes. Ils font en sorte que ces consultants exposent leurs pensées, leurs sensations vécues, leurs émotions en accueillant des phénomènes sans jugement et en prévenant des réponses d’évitement. Ces comportementalistes aident les patients à être en pleine conscience qui est un processus de mise à distance de leurs pensées et les entraînant à adopter des mouvements méditatifs en face des émergences des phénomènes cognitifs. Quand les patients sont en pleines consciences, ils peuvent centrer leurs attentions sur un effet, et ils peuvent aussi être bien conscients de leurs pensées, leurs émotions, leurs sensations qui apparaissent à un moment.

Cette pratique permet de réduire les troubles anxieux. Elle est considérée comme étant un remède naturel avec ce composant qui est la psychoéducation sur l’anxiété, la nature de la peur, les exercices somatiques, l’autosurveillance, etc. Il diminue les symptômes de la dépression, il aide les patients à surmonter le désespoir, le manque de motivation, la colère et réduisent les risques de rechute. Elle peut aider les personnes qui ont des maladies mentales les plus difficiles à traiter comme l’anorexie et améliore la confiance et l’estime de soi aux personnes qui souffrent des problèmes mentaux graves en améliorant leurs motivations, les aides à gérer les stress et tenter de faire de nouvelles choses. Cette pratique est importante pour réduire la toxicomanie et les comportements addictifs.